Rond Point (FIBD 2014)

 Rond-point – Une exposition autour de La Déviation

L’exposition Rond Point est le résultat d’un workshop mené avec les élèves de master BD de l’EESI. Le projet pédagogique s’articulait autour de 2 enjeux :

  • Un enjeu de réflexion sur la forme bande dessinée, abordée par un travail créatif sous contrainte formelle : Réaliser des bandes dessinées conçues pour l’exposition plutôt que pour l’impression, qui se déploient dans l’espace et sur le mur plutôt que dans un livre.
  • Un enjeu de sensibilisation aux responsabilités et aux tâches d’organisation d’une exposition de bande dessinée : Prendre en charge les différents chantiers d’organisation d’une exposition : régie des locaux, scénographie, accrochage, communication, documents d’exposition, relations avec les partenaires…

L’exposition, s’est tenue dans un local de 80m2 en centre ville d’Angoulême pendant les 4 jours du FIBD 2014.

Les élèves ont mené une réflexion intéressante sur le concept d’exposition collective et ont naturellement abouti à la nécessité de se doter d’une contrainte supplémentaire conférant une cohérence d’ensemble à l’exposition. Ils ont fait le choix collectif de construire l’exposition en référence à une œuvre de Moebius, La déviation. L’exposition serait ainsi une déviation de La Déviation, que chacun s’attacherait à citer, décliner, réinterpréter….

Dans ce travail créatif, les élèves ont tous mené des recherches très imaginatives faisant preuve d’une réflexion poussée sur la bande dessinée comme medium et comme forme artistique. Leurs projets ont ainsi exploré une belle variété d’hypothèses de bande dessinée hors les livres : le rapport au volume d’une forme traditionnellement conçue pour la surfac du papier, la frontière avec l’image animée, y compris dans ses formes les plus primitives (lanterne magique), les modes de lecture renouvelés par la circulation du regard dans des œuvres de grand format, l’investissement de supports inattendus, le déploiement dans l’espace et la contamination de l’environnement… De nombreuses pistes ont ainsi été explorées, tout en relevant le défi de rester ancré dans le territoire de la bande dessinée, c’est à dire de proposer des créations que le regardeur aborde en mobilisant spontanément ses compétences et son expérience de lecteur de bande dessinée.
Rond_point_Flyer_72dpiRond_point_Flyer_72dpi2

  • Rond_point_06  Rond_point_01 rond point-01-30 20.44.15Rond_point_04 rond point-01-30 10.24.50 rond point-01-30 19.33.50 rond point-01-30 20.10.52
    rond point-01-30 10.24.34 rond point-01-30 10.23.50rond point-01-30 10.19.54

Le texte de présentation de l’exposition :

« Tourner en rond n’est pas nécessairement un mal. On peut toujours mieux tourner, en ouvrant de nouvelles voies. Ou, plus exactement, tourner autrement, comme l’Arzach de Moebius sur son ptérodactyle, et créer sa propre sortie du rond-point.

C’est ce que proposent les vingt jeunes auteurs réunis pour cette exposition qui aura lieu pendant le Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême : suivre le chemin tracé par un illustre ainé pour dévier à leur tour. Et donc essayer d’emprunter un autre chemin. Les œuvres présentées seront donc tournées autour des sept planches de La Déviation de Moebius, nouvelle fantastique mettant l’auteur et sa famille en scène sur une route imaginaire. Récupérant et réinterprétant cette idée, les auteurs présentent donc une déviation personnelle de La Déviation, clef de voûte de cette exposition.

Pour cela, c’est la Bande dessinée elle-même, dans une sortie de la route du livre plus ou moins contrôlée, qui est déviée. Il s’agit d’extraire du livre une pratique artistique promise à la difficulté d’être exposée pour en conserver son principe, s’affranchir du format de la planche et chercher à voir la Bande dessinée en dehors du papier relié.

Le spectateur est invité à découvrir des dispositifs particuliers et autant de créations originales comme des variations à différents degrés, partant soit d’un détail qui compose la bande dessinée de Moebius, soit d’un personnage, ou, plus largement, du principe même d’une narration qui refuse sa linéarité.

Finalement, le sens de cette déviation est de chercher à voir où la Bande dessinée peut s’aventurer. Or, quoi de plus normal que de repartir d’une première déviation marquante pour tenter d’en formuler de nouvelles ? C’est sur ces ramifications et autres petits chemins que vous convient les différents artistes présents dans cette exposition. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *