Mois : janvier 2016

Les écritures visuelles de l’histoire » – 6ème séance le 30 janvier 2016 au festival d’Angoulême

Dessiner la seconde guerre mondiale :
quels enjeux en 1944 et en 2015 ?

avec Jean-Pierre Mercier
et les créateurs de la bande dessinée
« Les années noires, Angoulême 1940-1944 »

la bete est morteLes Années noires, Angoulême 1940-1944

 

 

 

 

 

 

 

Pour sa sixième séance, le cycle de rencontres « Écritures visuelles de l’Histoire » s’installe exceptionnellement à Angoulême, durant le Festival international de la bande dessinée.

Cette séance intitulée « Dessiner la seconde guerre mondiale : quels enjeux en 1944 et en 2015 ? » comprend deux moments :
– l’intervention de Jean-Pierre Mercier à propos de La Bête est morte ! de Calvo et Lancette,
– une table ronde avec les créateurs de Les années noires, Angoulême 1940-1944 : Eric Wantiez, scénariste, Fawzi Baghdadli, desinateur, Gérard Benguigui, président de l’association des juifs d’Angoulême et de la Charente et délégué régional de Yad Vashem ainsi que d’autres intervenants.

Samedi 30 janvier 2016 de 11h à 13h

à la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image
Salle Laloux.

Vous pouvez retrouver l’annonce de l’événement sur le site de la cité (avec le plan d’accès) ici : http://www.citebd.org/spip.php?article7629

5 sens et neuvième art – Annie Sullivan et Helen Keller

 

Vernissage vendredi 15 janvier à 19h au centre René Goscinny (Paris 13)  de l’exposition que  l’association Sans Tambour Ni Trompette m’a demandé de réaliser sur un très beau livre : Annie Sullivan et Helen Keller, de Joseph Lambert.

Cette exposition a été réalisée à partir de l’album « Annie Sullivan & Helen Keller » par Joseph Lambert (éditions Ça et là / Cambourakis) qui a remporté en 2014 le Trophée Les BD qui font la différence, décerné chaque année au Festival d’Angoulème par l’association Sans Tambour Ni Trompette. 

Ce TrophPhoto de Centre d'Animation René Goscinny.ée vise à « récompenser le travail de l’auteur du meilleur album francophone dont le travail stigmatise l’exclusion, met en scène des personnages en situation de handicap ou propose des pistes pour un meilleur vivre ensemble. »

Fondée sur l’histoire vraie d’Helen Keller, injustement méconnue en France, cette oeuvre riche et généreuse déploie des trésors d’inventivité pour mettre les atouts de la bande dessinée au service d’un enjeu ambitieux : partager l’expérience de la privation sensorielle et changer ainsi le regard sur le handicap.

Les écritures visuelles de l’histoire » – 5ème séance le 8 janvier 2016 : La graphiation comme écriture visuelle de l’histoire

 

 

david B

Les écritures visuelles de l’histoire dans la bande dessinée

Conférence de M. Philippe Marion

« La graphiation comme écriture visuelle de l’histoire »

la cinquième séance de notre cycle prendra la forme d’une conférence de Philippe Marion, professeur à l’Université catholique de Louvain. Il évoquera, entre autres, les spécificités et le potentiel des images graphiques de la bande dessinée et ses liens avec la discipline historique ainsi que la bande dessinée dite de « reportage ».

vendredi 8 janvier 2016 de 17h à 19h

à la Bibliothèque Nationale de France

Quai François-Mauriac – Paris 13e

Salle 70

 L’entrée est libre

Vous pouvez retrouver l’annonce de l’événement sur le site de la BNF (avec le plan d’accès) ici.

Vous pouvez consulter le programme complet de cette année ici.

N’hésitez pas à nous contacter pour toute demande.
Au plaisir de vous retrouver